INTRO

Paroles de nouveaux membres de 2020

Qu’est-ce qui a poussé Agritask à rejoindre le Partenariat mondial InsuResilience ?

L’implication d’Agritask dans le segment de l’assurance-récolte est très en phase avec le projet du Partenariat mondial InsuResilience visant à renforcer la résilience des pays en développement et à protéger financièrement les vies et les moyens de subsistance des populations pauvres et vulnérables contre les catastrophes. En effet, des centaines de milliers de petits exploitants agricoles à travers le monde, et en particulier dans les pays en développement, bénéficient actuellement des avancées technologiques et des solutions fournies à travers notre plateforme.

Quels sont les principaux enseignements que vous avez tirés de votre participation au groupe de travail ?

« Agritask est membre du groupe de travail de InsuResilience sur les approches intégrées. Agritask a bénéficié d’un partage d’expériences avec des pairs respectés du secteur de l’industrie, ainsi que de discussions approfondies. Cette année, nous avons expliqué comment notre plateforme a pu être utilisée en tant qu’outil de déclaration de catastrophe au Mozambique, en particulier dans le contexte des cyclones. Nous avons également pu apprendre et contribuer aux sujets proposés dans les différents sous-groupes, concernant par exemple la combinaison de la réduction des risques de catastrophes et du financement des risques dans le domaine agricole, ou encore les potentielles solutions permettant de faire face à des événements de fréquence moyenne, tels que les sécheresses. »

Quelles leçons avez-vous tirées de la pandémie en termes de préparation financière face aux risques climatiques et de catastrophes ?

« Le Covid empêche de réaliser des vraies inspections de terrain, ce qui perturbe la production agricole. L’inspection de terrain est une étape importante pour les ajustements d’assurance et la gestion des sinistres. Les technologies, telles que la télédétection et l’imagerie satellite, se sont avérées utiles pour surmonter des obstacles clés, comme l’estimation de la date d’ensemencement ou le suivi à distance du cycle de croissance des récoltes. »

Rom Aviv, directeur général
– responsable des assurances, Agritask

Qu’est-ce qui a poussé Asia Affinity à rejoindre le Partenariat mondial InsuResilience ?

« Chez Asia Affinity Group, notre priorité est de renforcer, protéger et donner des moyens aux communautés avec lesquelles nous travaillons. Cela ne couvre pas seulement les communautés mal desservies et à risque, mais aussi les secteurs des PME et de l’économie à la tâche. Si nous avons rejoint le Partenariat, c’est parce que nous nous sentons très en phase avec ses principaux objectifs consistant à garantir la durabilité et la résilience des communautés. »

Quelles leçons avez-vous tirées de la pandémie en termes de préparation financière face aux risques climatiques et de catastrophes ?

Nous avons tiré deux grandes leçons de cette pandémie. La première, c’est qu’il y a un besoin urgent d’accès à toutes les formes de financement chez toutes les communautés. La deuxième, c’est qu’il y a désormais une ouverture nouvelle face au changement et à la collaboration, qui n’existait pas avant la pandémie. Cela offre au Partenariat une opportunité unique de mettre vigoureusement en œuvre la transformation et la résilience durable des communautés.

Graham Clark,
PDG, Asia Affinity

Qu’est-ce qui a poussé Axco à rejoindre le Partenariat mondial InsuResilience ?

« En l’absence de mesures de réduction des risques adaptées, les personnes qui luttent pour sortir de la pauvreté sont plus vulnérables aux impacts des chocs climatiques. Axco partage l’idée selon laquelle la provision d’assurance peut contribuer de manière significative à fournir une protection sociale. Aujourd’hui plus que jamais, la collaboration et le partenariat sont essentiels, à l’heure où nous tentons de renforcer la résilience et la protection économiques. »

Jolle Wever,
directeur général, AXCO

Qu’est-ce qui a poussé CelsiusPro à rejoindre le Partenariat mondial InsuResilience ?

CelsiusPro s’engage aux côtés du Partenariat mondial InsuResilience pour élaborer la protection financière des populations pauvres et vulnérables face aux impacts des catastrophes naturelles et contribuer à la renforcer, en exploitant notre savoir-faire en matière de risques climatiques afin de fournir des concepts de solutions de risques et des études de transfert de risques, et en soutenant les assureurs à travers la technologie afin qu’ils puissent proposer une assurance climatique efficace.

Si vous êtes membre d’un groupe de travail de InsuResilience : Comment le groupe de travail impacte-t-il vos activités ? Ou : Quels sont les principaux enseignements que vous avez tirés de votre participation au groupe de travail ?

Le groupe de travail sur les approches intégrées constitue une plateforme importante pour renforcer notre réseau et partager nos idées et nos visions. De plus, nous pouvons conseiller d’autres acteurs grâce à notre grande expertise.

Quelles leçons avez-vous tirées de la pandémie en termes de préparation financière face aux risques climatiques et de catastrophes ?

La pandémie a montré qu’il y a un fort besoin d’assistance inconditionnelle, immédiate et ciblée envers les personnes touchées. Cela a prouvé que la forte implication de l’industrie de l’assurance était nécessaire, mais également que son potentiel devait davantage être exploité.

Samuel Brown,
consultant en assurance, CelsiusPro

Qu’est-ce qui a poussé Europa Re à rejoindre le Partenariat mondial InsuResilience ?

« Nous sommes ravis de collaborer avec les membres de la communauté InsuResilience à travers le partage de connaissances et d’informations. Ce partenariat crée des synergies qui contribueront à développer et à fournir des solutions d’assurance et de financement des risques climatiques destinées aux populations pauvres et vulnérables et nous avons hâte de lui apporter notre soutien. »

Orsalia Kalantzopoulos,
PDG de Europa RE

« Les objectifs de Europa Re en matière de solutions d’assurance des risques climatiques s’accordent bien avec la vision et les objectifs du Partenariat mondial InsuResilience. Au fil des années, notre entreprise a accumulé une expérience et une expertise diverses en matière de développement de produits innovants, de modélisation, d’évaluation par télédétection et de procédures d’indemnisation, afin de contribuer à répondre aux besoins croissants des pays membres. Nous avons hâte d’échanger ces connaissances avec les membres du Partenariat et de créer de meilleures réponses aux risques climatiques. »

Quelles leçons avez-vous tirées de la pandémie en termes de préparation financière face aux risques climatiques et de catastrophes ?

« Cette pandémie partage de nombreuses similitudes avec les catastrophes naturelles. La pandémie affecte les revenus, l’activité économique et les emplois dans tous les secteurs, et surtout, de la même manière que les catastrophes naturelles, elle affecte considérablement les individus pauvres et vulnérables. En tant que communauté, nous devons partager les enseignements que nous en avons tirés et les connaissances apportées par les différentes réponses aux catastrophes naturelles, et nous devons collaborer étroitement pour renforcer les institutions compétentes, le niveau de préparation et la résilience financière. »

Nadica Jovanovska Boshkovska,
directrice du bureau de représentation de Macédoine du Nord, Europa RE

Qu’est-ce qui a poussé le FIDA à rejoindre le Partenariat mondial InsuResilience ?

 « Dans l’esprit de l’ODD n°17 (partenariats pour la réalisation des objectifs), le FIDA a cherché à établir et à entretenir des partenariats qui ont du sens et qui lui permettent de rassembler l’expertise technique et le savoir-faire nécessaires pour générer un impact plus grand et plus approfondi, et donc pour mieux aider les bénéficiaires du FIDA. »

Quelles leçons avez-vous tirées de la pandémie en termes de préparation financière face aux risques climatiques et de catastrophes ?

« La pandémie met à l’épreuve la résilience des bénéficiaires du FIDA. La façon inédite dont elle a affecté le commerce et les économies ont mis en évidence la fragilité des systèmes alimentaires mondiaux actuels. Nous avons à présent l’opportunité de repenser, d’adapter, de réinvestir et de reconstruire pour un futur plus durable, en particulier pour les populations les plus pauvres et les plus vulnérables. »

Meike van Ginneken,
vice-présidente adjointe du département de la stratégie et des savoirs du FIDA

Qu’est-ce qui a poussé le MicroInsurance Centre at Milliman à rejoindre le Partenariat mondial InsuResilience ?

« Nous croyons en la capacité des partenariats à faire des solutions de gestion des risques simples, compréhensibles, accessibles, avantageuses et efficientes une réalité pour les populations à faibles revenus à travers le monde. Le Partenariat fournit une plateforme unique pour le partage de connaissances, d‘enseignements, de ressources et d’expertise entre les membres, afin que nous puissions collectivement accroître la résilience à grande échelle. »

« Le MIC@M pense que les clients à faible revenu ont besoin de solutions holistiques qui incluent la réduction, la rétention et le transfert de risques pour gérer les impacts financiers des catastrophes et des évènements liés au climat. La plateforme du Partenariat cultive la création et le partage de connaissances stimulant le développement de ce type de solutions. »

Michael J. McCord,
directeur général, Micro Insurance Centre at Milliman

Partager sur twitter
Partager sur email