Axe de travail 2:
Action et mise en œuvre

Faciliter une intervention et une mise en œuvre efficaces de solutions de haute qualité en matière de financement et d'assurance des risques climatiques et de catastrophes dans les pays pauvres et vulnérables.

Introduction

Le Partenariat mondial InsuResilience renforce les initiatives de mise en œuvre axées sur la demande. Servir les communautés les plus vulnérables est le moteur du Partenariat, ce qui nécessite une compréhension et une évaluation approfondies de leurs besoins et de leurs priorités. C’est pourquoi nous voulons faire entendre leurs voix : découvrez la vidéo InsuResilience Impacting Lives qui rassemble des membres, des partenaires et des bénéficiaires du monde entier.

Si vous avez toujours voulu en savoir plus sur les programmes actifs dans le cadre du Partenariat, nous vous invitons à consulter ce tableau récapitulatif contenant des liens vers d’autres pages plus détaillées dédiées à chacun des programmes. On y trouve notamment des informations sur les principaux canaux de distribution du Partenariat regroupés sous forme de programmes opérationnels dans le cadre de l’Alliance des programmes, tels que le Global Risk Financing Facility et le InsuResilience Solutions Fund. L’objectif est de coordonner les différents efforts afin d’allouer efficacement les engagements de donateurs dans la mise en œuvre de solutions adaptées aux pays en matière de financement et d’assurance des risques climatiques et de catastrophes (FARCC) et afin de promouvoir l’intégration au sein d’efforts de résilience plus larges.

De nombreux exemples de réussites sont présentés dans la section « Études de cas » qui met en lumière les impacts de l’action du Partenariat à l’échelle mondiale. N’hésitez pas à la consulter ! Les solutions de FARCC proposées par nos membres aident des populations d’Amérique, d’Afrique et d’Asie à gérer les impacts négatifs des chocs et des catastrophes climatiques, en favorisant par exemple les polices d’assurance des risques abordables dans les Caraïbes à travers le Caribbean Catastrophe Risk Insurance Facility ou encore en fournissant une assurance agricole indicielle en Zambie avec le Mécanisme mondial d’assurance indicielle.

Les exemples tirés du SLYCAN Trust, au Sri Lanka, mettent le doigt sur l’importance de l’engagement des acteurs et des partenariats multi-acteurs. Cette approche stratégique des solutions de FARCC multiples adoptée par les Îles Fidji fournit également des conclusions utiles pour d’autres régions.

L’aperçu du continuum de risques indique où se situent ces études de cas dans une stratégie globale de gestion des risques climatiques et de catastrophes. L’idée est de fournir une panoplie d’options couvrant l’ensemble du spectre de la gestion globale des risques, incluant la prévention et la réduction des risques, l’état de préparation, la protection financière ou le transfert de risques et le relèvement résilient.

Les efforts du Partenariat ont été particulièrement mis à l’épreuve par la pression supplémentaire apportée par la pandémie de Covid-19, en tant que problématique prédominante de 2020. Tandis que de nombreux pays en développement ont dû faire face à une augmentation soudaine de leurs dépenses publiques afin d’amortir les conséquences d’une économie mondiale gravement impactée, ce glissement des fonds a érodé la capacité financière permettant de gérer les impacts des catastrophes climatiques survenues pendant les confinements nationaux. L’année 2020 a mis en évidence le besoin d’intégrer les risques composites dans les solutions de FARCC. En outre, les mesures prises par la Capacité africaine de gestion des risques (African Risk Capacity – ARC), Mercy Corps et le le Centre pour la protection contre les catastrophes (Centre for Disaster Protection) illustrent le dynamisme et la rapidité d’action de nos membres.

Partager sur twitter
Partager sur email